L'énergie du Printemps en kinésiologie 🌿

Tout renaît après l’hiver. Le printemps est la période parfaite pour mettre fin à l’hibernation et pour entamer de nouvelles choses. C’est le bon moment pour planter/semer et pour développer des idées neuves.



Qu’est-ce-qui devrait renaître, revivre ou se renouveler ?

Quelles graines faut-il planter maintenant pour l’avenir ?

On parle aussi souvent du « grand ménage de printemps ». Ceci nous amène donc à lâcher les vieilles choses, à savoir nos croyances limitantes, nos schémas et comportements répétitifs mais aussi, faire du tri dans tout ce que nous possédons et qui ne nous est plus nécessaire. Il faut faire de la place, nettoyer et balayer ce qui est obsolète, afin de pourvoir accueillir la nouveauté et transformer nos attitudes.

  1. L’élément Bois

En médecine chinoise, le printemps est associé à l’élément Bois. Cet élément Bois est symbolisé par la verdure et la croissance. Nous sortons de notre cocon hivernal marqué par l’intériorité et le repli, afin de se remettre en activité avec détermination.

Lorsque l’énergie du Bois est équilibrée, elle favorise l’adaptation aux changements, nous apporte assurance et confiance en soi. Le Bois est responsable de la conception, des plans et de l’efficacité.

Physiologiquement, le Bois commande l’activité du Foie et de la Vésicule Biliaire, des muscles et tendons ainsi que les fonctions veineuse et oculaire. Sur le plan mental, cette énergie favorise la concentration, l’attention et l’imagination. Il symbolise également l’affirmation de soi et de son identité.

  1. La colère

L’émotion liée à l’élément Bois et au Printemps est la colère.

Dans notre société occidentale, la colère a bien souvent une connotation négative. On peut penser qu’il ne faut pas se mettre en colère, qu’on ne doit pas ou on se l’interdit, au risque d’être mal vu, incompris ou pris pour un « capricieux » ou un « colérique ».


Mais en fait ce n’est pas du tout une énergie négative ! Bien au contraire. À la base, c’est une très belle énergie qui nous permet de « déplacer des montagnes » et qui a pour but de transformer une situation qui n’est plus bénéfique pour nous et de grandir (à l’image de la petite pousse). En effet, la colère est une émotion essentielle à écouter et à prendre en compte quand elle survient : elle nous fait entrer en contact avec notre force intérieure et nous permet d’agir. Plus important encore, elle nous permet de prendre conscience de nos limites et de les poser.

Le plus dur au quotidien est de parvenir à l’exprimer envers la bonne personne et de la bonne manière :

« Il est facile de s’emporter, ce qui n’est pas aisé c’est d’être en colère

contre la bonne personne et de la bonne façon ».

Aristote.


La colère masque souvent un sentiment de chagrin ou de peur. Par la colère, nous tentons de nous protéger par rapport à des blessures anciennes ou récentes. À long terme, si elle n’est pas/ ou mal exprimée, la colère peut se transformer en amertume, en ressentiment, en frustration et ainsi faire naître des regrets. Elle peut aussi amener à des douleurs physiques telles que brûlures d’estomac ou les tendinites (« ite » : inflammation).

Il est essentiel de comprendre quels sont les besoins cachés derrière cette colère afin d’en prendre soin. En prenant en compte ces besoins, nous pouvons choisir l’attitude appropriée et poser les actes nécessaires à notre évolution et à notre bien-être.

  1. Les méridiens

Les méridiens de l’élément Bois sont le méridien de la Vésicule Biliaire et le méridien du Foie.


  1. La Vésicule Biliaire (23h – 1h)


Phrase clé : « Je suis décidé(e), je fais des choix »


La Vésicule Biliaire a pour principales fonctions :

  • Le stockage et libération de la bile ;

  • Aider à digérer en particulier les graisses.

Sur le plan psychologique, elle entre dans le contrôle du jugement, influence notre capacité à prendre des décisions et nous met en mouvement (dans l’action).

En lien avec le courage, l’esprit d’initiative, l’intuition et la sincérité profonde.

Si elle est déséquilibrée, on peut se sentir indécis, incapable de faire des choix.


  1. Le Foie (1h – 3h)

Phrase clé : « Je vois clair, je sais ce que je veux, je suis déterminé(e) »


Les principales fonctions du Foie :


  • Vasculaires : stocke et filtre le sang ;

  • Métaboliques : transforme les protéines, glucides et lipides et stocke les vitamines ;

  • Sécrétrices et excrétrices de la bile : la bilirubine est absorbée par le foie et sécrétée dans la bile.

  • Mais aussi détoxication, fonction immunitaire, etc.

Ce méridien induit notre capacité à planifier l’avenir (organisation). Pour cela, il nous amène à nettoyer, purifier ce qui est toxique (physiologique et/ou émotionnel) pour assimiler ensuite ce qui est bon pour nous.

Il est en lien avec les systèmes de croyances, la justice, le courage mais également, l’harmonie, la pureté.

S’il est déséquilibré, nous pouvons ressentir de la confusion et ne plus savoir ce que l’on désire et ce qui est bon pour nous.

  1. Les outils

  2. Minéral/pierre


La Citrine permet d’apaiser la colère, les tensions dans l’estomac ou la sphère digestive, apporte plus de rayonnement et de chaleur dans le coeur.


  1. Huiles essentielles

  • l’Estragon aide à développer la capacité à pardonner, à prendre plus de recul et voir les choses avec davantage d’objectivité.

  • la Camomille offre la possibilité de se libérer des tensions et colères liées à l’égo et aux blessures en apportant davantage de douceur.

  1. Les fleurs de Bach

  • Holly (Houx)

« Je suis envahie par de la colère, de la haine ou de la jalousie ».

Ressentiments profondément ancrés envers les autres dont on ne parvient pas à faire disparaître. Susceptibilité, envie, suspicion.

Devenir plus tolérant, plus calme, en paix. Ouverture du cœur, générosité.


  • Vervain (Verveine)


« Je cherche à convaincre et à rallier les autres à mes opinions ».


Ceux qui s’en tiennent obstinément à leurs propres convictions. Enthousiasme excessif. Douleurs musculaires et maux de tête. Ne parvient pas à se détendre. Inquiétude couplée à de la culpabilité.


  • Devenir plus souples dans ses croyances et respecter les opinions des autres, modérer l’enthousiasme.

  • Chicory (Chicorée)


« Je ne me sens pas aimée à hauteur de ce que je donne ».


Ceux qui sont condescendants avec les autres. Le besoin de prendre soin des autres devient si fort qu’il est excessif, de manière possessive.


  • Aimer sans attendre en retour, être en mesure de donner un Amour Inconditionnel.


  • Cherry Plum (Prunus)


« Doutes, Peur de péter les plombs et de perdre le contrôle de mes émotions ».


  • Calme intérieur, maîtrise des émotions, sang-froid.


  • Beech (Hêtre)


« J’ai du mal à supporter les autres ».

Personnes qui sont très dures avec elles-mêmes. Se concentrent sur chaque petit défaut d’autrui en omettant ses propres erreurs. Critiquent les autres, intolérance à l’égard de leur différence. Frustration et inconfort digestif.

  • Apprendre à profiter de la vie et à être plus doux avec soi et les autres. Tolérance, acceptation des défauts des autres, se remettre en question.


  • Impatiens (Impatience)


« Je suis impatiente et j’ai du mal à accepter le rythme plus lent des autres ».

Personnes irritables. Épaules, dos et mâchoires douloureux.

  • Plus de tolérance et de patience.


  • Willow (Saule)

« Je me sens victime d’une injustice ».

Personnes qui se sentent amers et rancuniers, sentiment d’être (justement ou injustement) victime de ce qui se passe. Ressentiments. S’apitoie sur son propre sort.

  • Retrouver la pleine responsabilité de sa vie, voir les aspects positifs dans sa vie.

  • Vine (Vigne)

« Je suis trop autoritaire ».

Cherche à dominer les autres, aspire au pouvoir et ne recule devant rien. Impose sont point de vue. Douleurs articulaires. Dureté, intolérance, exigence.

  • Traiter les autres avec plus de douceur et serviablement. Leader compréhensif et valoriser les compétences des autres.

  1. La lettre de colère

La colère nous empêche souvent d’accueillir la nouveauté dans notre vie. Nous avons envie que les choses changent et évoluent mais nous n’avons pas de place à l’intérieur, car cette colère est omniprésente.

Lorsque l’on se connecte à soi, nous pouvons identifier que quelque chose prend toute la place en nous, notamment cette colère qui souvent, se transforme en ressentiment lorsqu’elle est gardée depuis un certain temps.

La lettre de colère va permettre de vider son sac, de dire les choses que l’on n’ose pas dire à voix haute ouvertement. Le but étant vraiment de se décharger de ce poids qui nous tire vers le bas et nous retient en arrière.

Cf. document complet annexe.

  1. Transformer la colère

  • 1. Votre colère est un « warning »

C’est une lumière rouge qui s’allume et qui indique un manque d’amour de notre environnement et du monde qui nous entoure, et/ou de nous-même.

À ce signal, interrogez vous sur ce manque d’amour caché derrière la colère : est ce de la menace, de l’hostilité, de l’agressivité, de l’insécurité, de l’injustice ?

Identifier le/les besoins qui n’ont pas été respectés/satisfaits.

  • 2. Apprenez à utiliser votre colère de façon constructive

Devenez libre de choisir vos comportements en conscience et en accord avec vos besoins profonds (il est important d’identifier les besoins en amont bien sûr).

Affirmez-vous clairement, et avec bienveillance à la personne qui vous a manqué d’amour, ou avec soi-même.

Exemple : As tu remarqué que plusieurs fois tu as fait ça et que cela m’est fortement désagréable/me blesse ? Es-tu d’accord pour arrêter de le faire ?

En effet, si je n’ose rien dire et que je m’abstiens, je risque fort de décupler la colère, et de la retourner contre moi. La colère ne fera que grandir de façon réprimée.


  • 3. Prenez la responsabilité de votre colère

Vous trouverez alors le moyen d’influencer votre environnement pour retrouver vos besoins fondamentaux. Prendre la responsabilité des situations et de cette colère vous permettra de mieux vous connaître, mieux vous affirmer, mieux connaître vos limites et donc améliorer les relations avec votre environnement et avec vous-même.

Si cela est trop difficile sur le moment, distanciez vous de la situation ou de la personne en cause afin d’intérioriser et de digérer lentement l’événement.

  • 4. Portez un regard bienveillant sur vos propres sentiments


Lorsque nous sommes bienveillant avec nous-même, nous le sommes avec les autres.

En apprenant à regarder en face et sans jugement vos sentiments/émotions/ressentis, vous êtes vrais avec vous même. Si vous êtes en colère, quelle que soit la raison, c’est ok. Le simple fait de reconnaître cette émotion fait diminuer l’intensité. Reconnaître c’est la faire exister en vous, et lorsqu’elle existe, elle peut se libérer plus aisément.



48 vues

LE CABINET

2310 Route de Pélissanne

13510 EGUILLES

NOS HORAIRES

Du lundi au samedi

8h - 13h30 et 14h - 20h

NOUS CONTACTER

contact@espace-nymphea.com

Tél. : 06 25 98 70 02

  • Facebook

Suivez nous

© 2020 par Manon Mougenot. Créé avec Wix.com

Mentions légales

  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon